Chimezie marron

Arinze Chilo-Offiah, est le conseiller spécial sur le développement des PME et la promotion des investissements, ainsi que chef, Enugu SME Centre. Depuis sa nomination en 2019, il a recentré l’intérêt des jeunes dans l’État, en les formant et en leur donnant les moyens de gagner leur vie et d’avoir un impact sur l’économie de l’État.

Dans cette interview, Chilo-Offiah parle du Centre des PME de l’État, la nouvelle initiative e-YES, entre autres programmes d’autonomisation dans l’État.

Ce que nous faisons au Centre PME e-YES

Le Centre des PME est axé sur la création d’emplois et l’autonomisation. Ce fut une expérience merveilleuse d’engager et d’aider les gens à réaliser leurs ambitions.

De plus, depuis le début de mon mandat en tant que conseiller spécial, développement des PME et promotion des investissements et responsable, Enugu SME Center en novembre 2019, nous avons décidé de recentrer nos stratégies sur les domaines d’impact suivants: accès au crédit (prêt Enugu), accès à programmes de création d’emplois (Enugu Jobs) et accès aux programmes de renforcement des capacités. Eh bien, le programme Enugu pour l’emploi des jeunes (e-YES) est l’un des nombreux programmes de notre programme de prêts pour le développement du capital humain Enugu axé sur les résultats.

Le programme e-YES est un partenariat avec Wild Fusion Limited, une entreprise informatique et technologique, via son Wild Fusion Digital Center, pour perfectionner des centaines de personnes dans plusieurs capacités de marketing numérique certifiées.

Il devrait durer 4 semaines et se compose de sessions en classe et de sessions hors ligne. Cependant, après la formation, certains candidats seront aidés à trouver un emploi tandis que d’autres seront soutenus par le biais de l’économie des concerts où le programme donnera accès à des emplois à ces «entrepreneurs», suivra et permettra le remboursement du prêt de développement du capital humain (HCDL) ).

Pourquoi se concentrer sur les jeunes et l’économie numérique

Les jeunes constituent près de la moitié de la population de l’État et leur engagement productif implique plus de productivité, un impact positif sur le produit intérieur brut (PIB) et, surtout, une réduction de la criminalité et de la réactivité dans l’État.

Le gouverneur Ifeanyi Ugwuanyi, le gouverneur exécutif de l’État d’Enugu, a également à l’esprit l’intérêt des jeunes, d’où l’initiative fait partie de ses projets de développement humain.

Nous nous concentrons sur l’économie numérique parce que nous sommes un gouvernement tourné vers l’avenir et nous avons également reconnu la place de la technologie et de la numérisation, qui sont évidemment les nouvelles monnaies du monde aujourd’hui. De plus, le monde numérique offre des opportunités et un espace illimité à chacun pour travailler de n’importe où et gagner sa vie.

Ce qui rend e-YES au-delà de la première phase

La différence est notre approche réaliste et l’engagement de notre gouverneur en fonction Ifeanyi Ugwuanyi à l’autonomisation des jeunes à travers l’État. De plus, nous n’allons pas tout le mile seuls. Nous travaillons en partenariat avec une entreprise technologique renommée, mais le programme HCDL fera certainement fonctionner le programme car il est pratique et livrable.

S’assurer que seuls les jeunes dans le besoin sont impliqués

Nous gérons un système ouvert dépourvu de toute forme de népotisme et c’est pourquoi nous avons rendu la formation ouverte à tous les jeunes de l’État. L’inscription est gratuite et limitée aux demandeurs d’emploi et aux jeunes qui souhaitent acquérir des compétences numériques dans des domaines tels que: la publicité, le marketing numérique, la promotion Internet, le marketing SMS, l’optimisation des moteurs de recherche (SEO), l’analytique et le marketing de contenu. De plus, Wild Fusion est un partenaire compétent et il nous aide à obtenir les bonnes personnes et le meilleur de la formation.

Comment les bénéficiaires du prêt-formation rembourseront

À l’agence, nous avons franchi une étape radicale en identifiant le capital humain comme le secteur de financement le plus important. Nous avons accordé la priorité au développement du capital humain et à l’emploi comme éléments clés pour parvenir à un développement économique durable dans l’État.

Le programme de prêts pour l’emploi est destiné aux jeunes, sans emploi et sous-employés à accéder à la formation. En collaboration avec un point d’ancrage du secteur privé, nous organiserons des programmes intensifs de formation de perfectionnement couvrant diverses compétences dans tous les secteurs. Ce capital humain nouvellement développé est ensuite conservé par les entreprises du secteur privé qui se sont associées au programme. Nous récupérons ensuite le prêt pour leur formation par des retenues mensuelles sur 6 à 10 mois (selon le coût de la formation) de leurs salaires mensuels. Cela leur permettra de prendre le programme au sérieux et de rassurer l’employeur quant aux taux de rétention.