Près de neuf millions de personnes ont été mises en congé en raison de la pandémie de virus et les employés du secteur caritatif ont été gravement touchés. Dès le mois d’avril, de nombreuses organisations caritatives de premier plan, dont Barnado’s, Alzheimer’s Society, Cancer Research UK et National Trust, ont annoncé que des milliers de leurs employés seraient mis en congé dans le cadre du programme gouvernemental de conservation des emplois contre les coronavirus.

Pour le personnel des organisations caritatives et les organisations pour lesquelles ils travaillent, la pandémie a été un désastre. Mais s’il y a quelque chose de positif qui peut être sauvé de la situation, cela pourrait être le cas: pour le personnel caritatif qui est mis en congé à la maison, cela offre une opportunité d’apprendre de nouvelles compétences numériques grâce à une formation en ligne.

Pourquoi les compétences numériques sont-elles importantes dans le secteur caritatif?

La réponse simple à cette question est que l’exploitation du pouvoir du numérique dans tous les aspects des activités d’un organisme de bienfaisance – de la collecte de fonds à la prestation de services – est essentielle pour que ces organisations prospèrent et réussissent à l’avenir. Pourtant, les trois quarts de tous les organismes de bienfaisance déclarent avoir accès à très peu de personnes possédant les compétences numériques dont ils ont besoin, selon les résultats de l’outil d’évaluation rapide du code numérique de bienfaisance. Donc, à moins que de nouvelles compétences numériques ne soient acquises, il y aura probablement une pénurie aiguë de personnel possédant les compétences numériques qui seront demandées à long terme.

À court et moyen terme, les compétences numériques peuvent être encore plus vitales pour les organismes de bienfaisance, tandis que les activités traditionnelles en face à face sont restreintes ou impossibles. En effet, des initiatives telles que les événements de collecte de fonds numériques, les ventes en ligne et la prestation de services numériques peuvent être les seuls moyens par lesquels les organismes de bienfaisance peuvent continuer de fonctionner.

Voici donc le problème en bref: la plupart des organismes de bienfaisance prévoient d’utiliser de plus en plus le numérique à l’avenir, et grâce aux effets de la pandémie, bon nombre de ces plans sont mis de l’avant. Mais pour réaliser ces plans, bon nombre de ces organisations caritatives ont besoin de personnel pour acquérir de nouvelles compétences numériques.

Les semaines et les mois à venir offrent une occasion unique aux organismes de bienfaisance et à leurs employés en congé. Si les personnes en congé n’utilisent qu’une partie de leur temps à la maison pour se doter des nouvelles compétences numériques appropriées, leurs organismes de bienfaisance seront en mesure de contourner toute pénurie de compétences numériques et se retrouveront très bien positionnés pour l’avenir.

Quoi numérique compétences sera en demande?

Plus de la moitié de tous les organismes de bienfaisance n’ont pas encore de stratégie numérique du tout, selon le Charity Digital Skills Report. Cela signifie que de nombreux organismes de bienfaisance n’ont pas encore commencé ou n’en sont qu’à un stade très précoce pour explorer les possibilités du numérique. On ne sait pas exactement s’ils en sont à ce stade précoce, car ils ont peu de personnel doté de compétences numériques pour faire appel, ou s’ils n’ont jusqu’à présent pas eu besoin de personnel doté de compétences numériques.

Quel que soit le cas, ces organismes de bienfaisance sont susceptibles de bénéficier d’une infusion de compétences numériques essentielles telles que la capacité de configurer et de maintenir une simple feuille de calcul ou base de données, en utilisant des applications comme Microsoft Outlook, ou des compétences de base en matière de cybersécurité pour s’assurer qu’elles sont au courant. des dangers du monde numérique et comment rester en sécurité en ligne.

Pour les organismes de bienfaisance qui ont une stratégie numérique claire, les quatre activités numériques les plus populaires sur lesquelles ils comptent se concentrer à l’avenir sont:

  • Utiliser le numérique pour augmenter l’impact
  • Utiliser plus efficacement les données
  • Utiliser le numérique pour améliorer la prestation de services
  • Augmenter les revenus grâce à la collecte de fonds numérique

Chacun de ces éléments nécessitera probablement une combinaison de différentes compétences numériques.

Utiliser le numérique pour augmenter l’impact les compétences numériques requises comprennent: le marketing numérique, les médias sociaux, la conception Web, l’optimisation des moteurs de recherche

Utiliser plus efficacement les données les compétences numériques requises comprennent: l’analyse des données, les compétences en tableur et en base de données, la gestion des relations avec les constituants (CRM)

Utiliser le numérique pour améliorer la prestation de servicesy les compétences numériques requises incluent: conception de sites Web, téléconférence, médias sociaux

Augmenter les revenus grâce à la collecte de fonds numérique les compétences numériques requises incluent: collecte de fonds numérique, utilisation de la technologie de commerce électronique, conception de sites Web

À mesure que les organismes de bienfaisance augmentent leur utilisation du numérique, il est inévitable qu’ils deviennent plus vulnérables aux attaques des cybercriminels à moins qu’ils ne prennent les mesures de cybersécurité appropriées. Pour cette raison, le personnel possédant des compétences en cybersécurité est susceptible d’être recherché et apprécié.